Prendre soin de soi - Etape 2 - Les émotions

Cet article fait suite à celui de Janvier, "prendre soin de soi - 1ère étape " axé sur les sensations physiques et la respiration, que vous retrouverez ici.

Cette 2ème étape vous invite à un temps d’observation et d’exploration intérieure, axé sur les émotions.


Les émotions nous traversent tous, à tout âge et c’est merveilleux ! Elles sont comme des indicateurs, des messages de ce qui se joue à l’intérieur de soi, dans notre cœur et dans notre cerveau. Elles ne nous définissent pas, mais nous traversent telles des vagues de couleurs plus ou moins claires ou sombres, et sont toujours de passage. Quand un nuage gris arrive, rappelez-vous qu’il ne fait que passer, mais qu’il a aussi un message pour vous !

Les 8 émotions primaires

Il existe tout un tas d’émotions listées en 3 catégories : primaires, secondaires et tertiaires.

Ici, nous évoquerons seulement les 8 émotions primaires, pour faire simple, mais vous les retrouvez toutes sur

« la roue des émotions » de Robert Plutchik, professeur et psychologue américain.

roue des émotions
La roue des émotions de Robert Plutchik

Chacune d’elles se manifeste à sa manière dans le corps : le visage se détend et dessine un sourire, ou il se contracte, les sourcils se froncent, le cœur bat plus ou moins fort, le corps se rétracte en arrière, ou se défend vers l’avant etc. Tout autant de signaux simples et pourtant si parlants, que le corps nous montre lorsqu’une émotion nous traverse, pour traduire un message.

La roue des émotions permet d’identifier aussi lorsque 2 émotions se mélangent. Cela permet de mieux comprendre l’élément déclencheur au départ, ainsi d’y remédier. Reconnaître les émotions est un point clé de compréhension de soi et de l’autre.


A chaque émotion, un besoin. Si la colère arrive en vous et que vous criez spontanément pour vous faire entendre, vous serez d’accord pour dire que ce n’est pas juste pour le plaisir de crier, n’est-ce-pas ?! En effet, la colère signale en général un besoin de sortir quelque chose de soi, un trop plein, une frustration etc. Si nous l’étouffons, ou la nions trop longtemps, la colère ressurgira de plus belle et pourrait se manifester sous forme de douleurs, voire de maladies, en cas extrêmes. Elle peut exprimer un besoin d'être entendu, reconnu par l'autre, ou un besoin de sécurité etc.

Connaître le besoin caché derrière l'émotion aide à remonter jusqu'à l'élément déclencheur, la situation vécue parfois des années auparavant, pour libérer l'émotion et la transformer en impulsion créatrice de joie. Car c'est la joie qui est notre état naturel au départ et que le cerveau essaie de reproduire en permanence! (source: vidéo 3,42min "Et tout le monde s'en fout #3 - Les émotions"). Et quand la joie est là, tout va!

Exercice


Pour mieux vivre les émotions, nous pouvons les écouter et les prendre en compte lorsqu'elles nous traversent.

Je vous propose un petit exercice, à faire dès qu’une émotion se manifeste, et se fait suffisamment présente pour que vous pensiez à en faire quelque chose de porteur. ;) Lorsque vous observez une émotion vous envahir, si cela vous est possible, prenez un temps, pour vous poser dans un espace calme où vous ne serez pas dérangé.

Observez ce qu’il se passe dans votre corps et votre cœur, sans chercher à modifier quoi que ce soit. Prenez le temps d’accueillir tout ce que cette émotion vous fait vivre, même si cela est désagréable, inconfortable, voire douloureux. Ressentez les battements de votre cœur, la respiration, vos muscles, votre visage…

Se juger soi-même à cet instant n’aide en rien, en revanche, adopter une posture « témoin » permet de prendre du recul pour s’observer avec bienveillance, comme le ferait un ami proche. Prenez le temps de respirer dans cette émotion, dans cet instant, tout en accueillant chaque sensation corporelle, du cœur au ventre, à la poitrine, jusqu’aux épaules etc. Souvent, l’émotion a juste besoin d’être accueillie, acceptée pour s’apaiser et laisser place au message du cœur. Si enfant, l’émotion n’avait pas de place au quotidien, et n’a pas été accueillie par un parent ou une figure d’autorité proche, alors il n’est jamais trop tard pour apprendre à vous auto-parenter, à vous apporter ce dont vous avez besoin.




Par cet exercice, vous faites un pas vers vous-mêmes, vers l’écoute de votre cœur, des émotions et donc des besoins à nourrir, pour répondre par vous-mêmes, à votre mieux-être.

Vous pouvez le compléter avec l'exercice proposé dans le 1er article sur le corps.




La roue des émotions peut ensuite vous aider à identifier l’émotion ou les émotions présentes en vous, pour mieux comprendre ce qui se joue en vous et votre fonctionnement intérieur.

Comme le sport, plus vous expérimentez régulièrement, mieux vous vous connaissez, plus la relation à vous-mêmes et à l’autre s’apaise, se fluidifie.


Evidemment, les exercices proposés ici sont non-exhaustifs, mais vous seul savez le mieux ce qui est le plus juste pour vous.

Nous sommes humains, l’émotion fait partie de l’humain, elle n’est jamais négative, elle est messagère, et c’est ce que l'on choisit d’en faire qui change tout. Prochainement, nous aborderons l'axe des pensées et le "pourquoi prendre soin de soi", dans un 3ème article pour relier les sphères "corps-cœur-esprit" qui à mon sens cohabitent ensembles à chaque instant.

Et mettre de la conscience dans la façon de prendre soin et de vivre avec soi-même et avec les autres. Avec joie,

Marylène

........

Marylène Lécuyer

Astrologie et Bien-être